jeudi 16 août 2012

L'auto-publication et les différents contrats d'édition

Commençons pas le début ! Voici quelques explications qui je pense résume assez bien la situation, mais n'hésitez pas à commenter pour me corriger ou compléter !



Oui, un site sur l’auto-publication !! Mais c’est quoi ça ?
Pour faire simple : il y a trois grandes façons d’éditer un livre.

1 – ce qu’on appelle « la grande porte » : décrocher un contrat à compte d’éditeur. Vous avez envoyé votre manuscrit à une maison d’édition professionnelle (ex : Gallimard), son comité de lecture aime votre manuscrit, elle souhaite vous publier. Vous signez un contrat où la maison d’édition s’engage à couvrir tous les frais de correction, publication, diffusion, promotion et tout le tralala pour le roman. Bref, à éditer un livre dans les règles de l’art ! L’auteur n’a rien à payer !
2- vous frappez à la mauvaise porte : vous tombez sur une maison d’édition (professionnelle ?) à compte d’auteur : selon les contrats, l’auteur est responsable de la correction, la promotion et parfois doit même réaliser lui-même la couverture et mise en page de son livre ! Mais ce qui est certain c’est qu’il doit payer, beaucoup, afin que la maison d’édition imprime son livre. Suivant les contrats encore il peut y avoir pleins de détails bizarres ou frustrants : les livres détruits si invendus au bout d’un (court) délais, les droits cédés (plus ou moins), les reversements de droits d’auteurs pas clairs (ou absent)… bref, on dit souvent par rapport à ce contrat : méfiance ! (et je suis d’accord, pour avoir rencontré quelques malheureux dans ce cas sur les salons et avoir failli signer quelques contrats de ce type moi-même).
3- Quitte à tout faire, plutôt que de payer des milles et des cents en compte d’auteur, autant avoir recours à  l'auto-publication ! Pour des livres atypiques ou sans maison d’édition spécialisée sur le sujet (je pense notamment aux romans BL qui sont de plus en plus nombreux), c’est le mieux (je pense). Vous gardez le contrôle de A à Z ! Mais vous êtes aussi responsable de vos ventes, la présentation (correction et mise en page) de votre livre etc… et des démarches administratives (dépôt légal, ISBN, et revenus sur le livre) donc c’est du boulot !
Cependant pour un compte d’auteur vous faites aussi tout vous-même, avec les contraintes de la maison d’édition, pour plus de 2000 euros (en général), alors qu’en auto-éditeur, vous faites tout vous-même (et l’aide d’amis !) avec vos contraintes perso et pour un roman de 400 pages (format roman), tiré à 100 exemplaires sur lulu.com (imprimeur en ligne), vous en avez pour 1000€ (si vous utilisez pas un code réduction :p)

J’ai des preuves (à part mon expérience personnelle) :


Après il y a les portes hybrides: les éditions associatives, les éditions participatives… mais au final le mot d’ordre reste : prudence ! Un contrat mal lu peut se retourner contre vous !

Le fin mot de cette histoire : le mieux est à mon avis, de démarcher des vraies maisons d’éditions. Puis de s’auto-publier pour se faire connaître, mais continuer à démarcher de vraies maisons d’éditions quand même !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire