jeudi 16 août 2012

Quelques règles pour auto-publier


Pour finir de bien commencer ce blog, un dernier ( ? ) petit article sur l’auto-édition (parce qu’il faut bien tout expliquer) :


n'hésitez pas à commenter pour préciser ce post
  ou me signaler que je raconte n'importe quoi ^^



Vous avez écrit un livre (mettons un roman d’amour et de société). Génial !

Ensuite vous l’avez corrigé, lu, re-lu, re-re (etc) lu, corrigé (encore), fait lire à d’autres… etc et puis un jour… ah ! il est prêt ! (ou bien stop ! je ne peux plus avancer par moi-même !). Bref vous voulez le publier.
Vous envoyez le manuscrit à des maisons d’éditions qui publient ce genre de livres (ici des romans, d’amour et de société). Elles refusent toutes !

Alors vous décidez de publier vous-mêmes. Vous trouvez un imprimeur, vous faites imprimer votre livre MAIS attention :

1 – les livres sont référencés par des numéros appelés ISBN (ISSN pour les revues). Avant d’imprimer votre livre ou avant de le diffuser publiquement il est mieux pour vous de demander un ISBN pour votre livre. Pour ça une adresse (la source) : http://www.afnil.org/ pour avoir toutes les infos et http://www.afnil.org/default.asp?Info=3 pour remplir les formulaires afin de demander un ISBN. Vérifier si vous répondez aux critères pour avoir le droit d’avoir un ISBN. Si vous distribuez déjà votre livre sans ISBN… je pense qu’il vaut mieux tard que jamais.
2- lorsque vous recevez votre ISBN, vous devez impérativement le faire figurer sur votre livre, si vous imprimez avant d’avoir le numéro il paraît que la mention « ISBN en cours » marche (mais vérifiez !).
3- autres mentions légales à faire figurer sur un livre :
« ·  le nom (ou raison sociale) et l'adresse de l'éditeur
·  le nom (ou raison sociale) et adresse de l'imprimeur (pays de production en cas d'impression à l'étranger)
·  la date de l'achèvement du tirage
·  l' ISBN* et éventuellement l' ISSN**
·  le prix en euros
·  la mention "Dépôt légal" suivie du mois et de l'année de l'exécution du dépôt » (site de la BNF)
4- toutes publications doit être mise en dépôt légal à la BNF (vérifier les critères pour connaître vos modalités de dépôt légal ! ), et pour plus d’infos rien de mieux encore une fois que d’aller à la source : http://www.bnf.fr/fr/acc/x.accueil.html et ici pour ce qui est des éditeurs : http://www.bnf.fr/fr/acces_dedies/a.acces_editeurs.html. Ensuite, une fois inscrit sur l’extranet des éditeurs, c’est très bien expliqué.
5- Certains types de livres demandent des "traitements particuliers", par exemple il paraît que pour un livre pour enfant «  un dépôt légal à la BNF n'est pas suffisant. Il faut (normalement) envoyer 5 exemplaires auprès du ministère de la Justice, en application de l'article 5 de la loi du 16 juillet 1949 relative à ces publications. Cette obligation doit permettre à une commission de contrôle instituée auprès du ministère de la Justice de surveiller et de contrôler les publications destinées à l'enfance et à l'adolescence. » (merci à notre super-espionne du Temps des Rêves infiltrée dans le milieu). Donc renseignez-vous !
6- Enfin un dernier point : où vont les sous ? Normalement dans votre poche ! Pour ce point, je ne sais pas encore grand-chose alors je m’abstiendrais de dire des bêtises, en ne disant presque rien. Pour ma part, j’ai choisi d’utiliser le statut d’auto-entrepreneur (quitte à tout faire en « auto ») et de créer ma « maison d’édition » (comme dirait Renaud « Je suis une édition à moi toute-seule » mais bon ==’). Déclaration d’impôts tous les trimestres, 13% de prélevé sur ce que je gagne, et si je gagne plus de 500 euros, je cotise pour la retraite (youhouuu !). Il y a peut-être d’autres solutions plus simples, d’autres plus compliquées, ou peut-être même qu’on n’est pas obligé de déclarer ce qu’on gagne… sur ce point je vous laisse chercher !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire